Accueil
sommaire
Journal de guerre, 1914
Ses citations, blessures. Sa vie, son village
Le 276 RI
L'équipement du fantassin
Péguy, son lieutenant
Le contexte
Livre de Géographie_Atlas
Téléchargements
La publicité pendant la Grande Guerre
Testez et complétez vos connaissances
A propos, liens
Contact
Incorporation ,1914,départ et Lorraine

 

affiche mobilisation 1914

 

 

Tout commence avec cette affiche

et c'est le départ

départ en wagons 1914

 

 

 

 

 

 

 

 

La page de garde de son cahier reprend les éléments de son escouade et du Régiment:page de garde su cahier       

H Bury, caporal au 276 eme de ligne
19 eme Compagnie, 5eme Bataillon
Capitaine Guérin (tué le 5 sept.)
lieutenant: Péguie (tué le 5 sept à Monthyon)
d° de la Cordilière d°
S-Lt Hamelin

Convoqué à Coulommiers
4eme Section 16 eme Escouade.

Suivent les noms et adresses des hommes de l'escouade dont il était responsable:
Bury, Blondet, Billard, Courtalier, Duffour, Deynard, Guillot, Lagandier, Lalot, Langlois, Michau, Mattey, Pariot et ??? (illisible)

On remarque que le nom de Péguy est mal orthographié. Il était inconnu du grand public et les hommes ne savaient pas que c'était le poète et écrivain défenseur de la tradition chrétienne et républicaine qui les commandait. Ce n'est qu'après sa mort le 5 septembre 1914 que certains l'ont appris. Le capitaine Guérin qu'une grave blessure rendait invalide restera à la tête de ses hommes malgré une lettre du Ministère lui proposant un poste dans ses bureaux. Il était secondé par Charles Péguy qui souvent commandait la compagnie. Péguy était donc l'officier direct de mon Grand Père. De Même Victor Boudon, sergent,qui a écrit un livre "Mon Lieutenant Charles Péguy" aux ed. Albin Michel ignorait qui était exactement son lieutenant. Voir à ce sujet la rubrique "Charles Péguy".

Troupe en marche dans l'uniforme de 1914

 

Page 1, Coulommiers, St Mihiel, LorraineLe 4 août incorporation à Coulommiers et plus particulièrement au Theil. Pour aller de Mitry à Coulommiers, le trajet s'effectuait en train en passant par Paris.
Constitution du Régiment, et quelques manœuvres.
Le 10 embarquement dans des wagons à bestiaux (la norme est de 40 hommes avec équipement et 8 chevaux) et débarquement le lendemain midi à St Mihiel.
Départ pour Loupmont en passant par Apremont.
Du 12 au 15, travaux de campagne, tranchées et service de la compagnie;
Le 15 entend le canon une bonne partie de la journée.
16 août : départ à 6H. et arrivée à Nonsart à midi après 18 kms de marche.
17 août, travaux de service et après le temps lourd, la pluie.

17 août : a vu pour la première fois un soldat prussien prisonnier. Le canon gronde dans la nuit vers la Belgiqpage2, Thiaucourt, Vilcey, Vievilleue.Il reçoit sa première lettre datée du 9.
18 août : départ de Nonsart vers 6H. pour avant poste, mais contre ordre : toute la compagnie passe Beney, Thiaucourt, Vieville, et avant-poste à Vilcey sur Trey. Ils sont à 7 kms de la frontière. Nuit au village dans une salle avec des guirlandes, " ne pensant guère à la guerre".
Le 19, départ à 3H30 et avant poste avec 8 hommes. Relevé à 10H. et nuit dans la forêt.
A reçu sa 2eme lettre datée du 12.
20 août : Retour de la Compagnie à Vieville. Forte canonnade au loin (vers la Haute Alsace).

Page3, Vilcey, Vandières, Pont à MoussonLe 21, départ pour Vilcey et prise de garde à Villers sous Prény.
Reçoit une lettre datée du 8 août.
Le 22 à 5H. reprise de la garde au poste de Vilcey. Est relevé à 11H. Le canon gronde depuis 10 H. et ne cessera de la journée et de la nuit. Orage. Le soir son escouade est en réserve, aux armes.
23: patrouille après réveil à 3H30 avec 4 hommes et 1 sergent pour Vandières. Il entend les premiers coups de fusil des allemands sur l'autre rive de la Moselle. Ecrit des cartes et vers 16h, départ pour Pont à Mousson par Faye en Haye à 21H . Ce dimanche mange de la soupe et du rata - sans pain - et ensuite marche toute la nuit. et arrivée à Pont à Mousson à 1H: 34 kms depuis le matin.

24 août : caserne à Pont à Mousson et le soir quartier libre en ville ! La première (et dernière fois de cette année page4, Départ de Pont à Mousoon et vers les hauts de Meuse14).
Il note un désordre sans pareil dans la caserne.
Le 25 à 1H30, alerte et départ en vingt minutes, passe par Régneville, Thiaucourt (café), Beney, St Benoît, (repos 3 H), Haumont, La Chaussée et Jonville.
Il note qu'à ce moment ils sont flanc droit des troupes (donc passés en 1ere ligne).
Pour la première fois fait allusion à des pertes sérieuses et voit les premiers blessés. Depuis le départ, 42 kms., et départ le soir même pour prendre la garde à Hadonville d'où il voit Mars la Tour qui brûle.

page5, on va vers le sud, on commence à reculer, départ en train26 août : toujours en poste, voit les "réflecteurs" (projecteurs) de Metz qui cherchent avions ou dirigeables. Est relevé de garde et rentre à Jonville pour départ. Passe à Woël, St Maurice, (cantonnement) et dans ce village, regroupement de troupes (+ de 6000 hommes, de l'artillerie), des prisonniers dont 3 officiers qui dit-il "ont l'air mauvais".
Le 27 août, 4H. départ, et le bruit court que l'on va embarquer. Ils ne savent pas que toutes les troupes françaises sont en recul. Passe St Mihiel où ils pensaient prendre le train et vont à 10 kms de là à Bislée.
Le 28 août, départ de Bislée pour Lérouville pour effectivement embarquer à 13H. Direction ????

 

carte de la campagne de Lorraine, clic pour agrandir   détail de la campagne de Lorraine, clic pour agandir

cartes de la campagne de Lorraine (clic pour agrandir) avec l'aimable autorisation des Ed Albin Michel, extrait du livre "Mon  Lieutenant Charles Péguy".

continuer vers la retraite

 

aller en haut de page

accueil|son_journal|Sa vie|276RI|fantassin|Péguy|Contexte|livre géographie|A_propos|téléchargemets|

aller au sommaire

 

   

© 2015
Web Analytics