Accueil
sommaire
Journal de guerre, 1914
Ses citations, blessures. Sa vie, son village
Le 276 RI
L'équipement du fantassin
Péguy, son lieutenant
Le contexte
Livre de Géographie_Atlas
Téléchargements
La publicité pendant la Grande Guerre
Testez et complétez vos connaissances
A propos, liens
Contact
Les tranchées sous Soissons,1914

 

15 septembre : départ pour St Christophe.  Et regroupement de tout le régiment. Reconstitution des compagnies avec des hommes de l'Aveyron. Cantonnement à la ferme de Presle.
16 septembre, comme souvent,  réveil à 4H. On voit l'artillerie ennemie, puis travaux de tranchées autour d'une batterie française. Mais les obus arrivent. On s’ abrite et le soir prise de garde dans des avants postes à l'ouest de Soissons. Patrouille le long de l'Aisne. "Les boches ayant été favorisé par un emplacement naturel admirable, tiennent toujours et ne sont pas près de quitter". Jugement qui s’ avérera juste comme on le verra par la suite.

 

17 septembre :  retour tôt le matin au cantonnement à la ferme. Rien ne se passe sauf de fortes Page22, Mercin, tentative de prendre une crêtepluies.
Le 18, départ pour le nord ouest de Soissons par Mercin. , mais déjà obus et balles sifflent quand la troupe passe en terrain découvert. Preuve de nouveau que l'ennemi reste en position. Le dernier officier de la compagnie qui est partie de Coulommiers, le sous lieutenant Hamelin est blessé. Enfin ils arrivent à la crête et s' abritent dans une carrière. Le soir une section descend à tranchée et soldatPernant pour cantonner alors que les autres restent pour occuper les tranchées. Il pleut toute la nuit et au matin, la troupe redescend.
A dater de ce jour, mon Grand Père est désigné responsable de l'ordinaire de la compagnie. Il aura à se préoccuper du ravitaillement et de l'approvisionnement des troupes, ce qui l'amènera à de nombreux déplacements dans les tranchées, boyaux et chemins.
Le 19,  le Régiment reste à Pernant, et il rencontre les premières difficultés pour le ravitaillement, les Allemands étant passés avant eux dans les villages.

A l'occasion d'un changement de cantonnement le 20, il s'installe avec les ordonnances dans une maison inhabitée et,  dit-page 23, Amblémy, l'ennemi ne recule plusil, y passera quelques jours heureux.
Le 20, la canonnade fait rage, les mitrailleuses sont aussi de la partie, les Allemands tentent de repasser l'Aisne. Ils sont repoussés. Les avions passent sans cesse au-dessus du village, et certainement sur leurs indications, peu après les obus arrivent. Mais cela cesse assez vite.
Le 21 rien de particulier, mais changement de cantonnement comme tous les soirs.
23 septembre : Départ à 4H pour le Nord Ouest par St Brandy, Ambleny, l'auberge du "Chat embarrassé" où la division s'arrête étant en réserve d'armée. Cantonnement à Amblémy. A 23 H. Distribution de l'ordinaire à 3H30.

 

page24, cantonnement, dysenterie

cuisine roulante, probablement identique à celle dont il avait la charge24 septembre: repos et revue.
25, 26: cantonnement. Epidémie de dysenterie qui fatigue beaucoup la troupe. Les Allemands ne bougent toujours pas....
Le 27 on reste équipé la nuit car un départ est possible. Il n'en est rien.
Le 28, retour à Pernant.

 

Le 29 septembre, occupation des tranchées et même cantonnement. Il faut noter que la ligne de front se trouve au Nord de Soissons sur Crouy, mais que l'ennemi tient des postes avancés sur Cuffié et page25, au nord de Soissons pour contenir l'ennemiPommiers et que même en cantonnement il y a un service aux tranchées pour la protection de la division face aux agissements de l'ennemi (cf. historique du 276ème, Anonyme, Berger-Levrault, 1922).
Le 30 la compagnie part seule vers Amblény pour occuper des tranchées de soutien d'artillerie. Mon Grand-père et un petit groupe vont chercher le ravitaillement de la compagnie.
Les 1er, 2 octobre, Pernant et avants- postes sur l'Aisne. Il reste au cantonnement.

 

Page26, Cuffié, Montagne neuve

3 octobre, revue puis garde au château et de police
4: avants- postes sur l'Aisne. La situation est plus calme et il note "la petite équipe passe là quelques journées épatantes, car nous sommes bien comme logement et nous avons de biens brave gens dans la maison en face qui nous viennent en aide. Mme Lesour (?) à Pernant"
5, 6, 7, même situation.
8: départ pour remplacer le 204eme dans les tranchées au nord de Soissons entre Cuffié et Crouy. Ces tranchées sont sur la Montagne Neuve.

 

Page27, la vie dans les tranchées, avec les cadavresCette Montagne Neuve où ils étaient montés 4 semaines avant (le 14 septembre). Quatre semaines sans avancer ! Le front s'est bien figé. Il l'ignore à un obus vient d'exploser!ce moment, mais cette Montagne Neuve sera jusqu'à la triste bataille de Crouy de janvier le lieu où sa compagnie tiendra les tranchées à un rythme de 6 jours de front et 6 jours de cantonnement.
Ce 8 octobre, ils y trouvent de fortes tranchées abris qu'ils refont et ils font des abris de branches et feuilles. Les Allemands sont à 200 mètres  retranchés dans de vieilles carrières, et ils ne manquent pas de tirer à chaque occasion. Quelques obus aussi, mais sans dommage. Par contre, horreur de la guerre, ils ont devant eux environ 130 cadavres de français, tombés le 17 septembre, et l'odeur est insupportable. Des tombes (une cinquantaine)  aussi sur la crête qu'ils occupent. 
9, 10, 11, 12 dans les tranchées de première ligne à faire le ravitaillement.

 

Page28, Pernant, ravitaillement des premières lignes

Ce 12 octobre, il va à Crouy pour chercher du vin et à son retour, il retrouve un camarade mort et plusieurs blessés suite à l'explosion d'un obus. Il est décidé de transférer les "cuisines" à la ferme de Montagne neuve. Le régiment est ensuite relevé, et pendant le repas, des obus éclatent tout près sur une colonne du 204 me de ligne qui montait aux tranchées. , ainsi que sur la 20ème compagnie qui retournait au cantonnement de Pernant. La mort était quotidienne et frappait ici ou là. Ils vivaient avec.
13,14,15, 16 et 17 : cantonnement.

 

page29, recontitution du régiment, et première ligneLe dimanche 18, fin de journée, on repart à Montagne neuve. Il ne reste que des décombres de la ferme. A Soissons, ils incorporent 18 "territoriaux".
19, 20, 21, deux sections aux tranchées à tour de rôle. Pour le ravitaillement, va aux magasins généraux de Soissons. A l'aide d'outils, on avance de 150 mètres la barricade qui est sur la route de Terny sous le feu allemand.

 

Page30, la vie, la mort en e1ere ligne

Le 22, la journée comme d'habitude et le soir le feu ennemi se déchaîne. Riposte et à 22heures tout s'arrête. Un homme de l'escouade est évacué.
23:  journée normale au front ;
24:  doit aller avec le fourrier, son ami Matteï à Pernant pour toucher le ravitaillement  A 1H du matin la compagnie les rejoint pour cantonner.
Ils ont fait leurs 6 jours de front.

 

Pernant, entre cantonnement et 1ere ligne25, 26, 27, 28, 29 : cantonnement à Pernant.
Le 30, retour à Montagne Neuve en faisant un détour par Vauxbrun dont ils repartent à 19 H.
31: Tranchées du petit bois : un obus emporte un sergent.
1er novembre, 2 : toujours sur le front et la navette pour le ravitaillement. Au cours d'un voyage voit une escadrille d'aéro arrivée à Soissons.
Page32, un peu de repos après les tranchées de 1ere ligne

 

3 novembre : rien, le 4 un territorial est tué par ricochet. Le 5 ravitaillement à Pernant où la compagnie les rejoint le soir.
Du 6 au 11 : cantonnement.
Du 11 au 17 la compagnie est en réserve de la 13eme qui est aux tranchées.

 

Montagne Neuve, la pluieDu 18 au 23 novembre : de nouveau cantonnement à Pernant.tranchées et boue
Du 24 au 30 novembre de retour à Montagne Neuve, à l'entrée du bois les 3 premiers jours puis le petit bois en avant les 3 jours suivants.
Du 1er décembre au 6 : cantonnement à Pernant
Le 7 retour en première ligne. Temps affreux avec forte pluie.

ravitaillement sur le front dans la boue

 

Du 8 au 12, ravitaillements des hommes dans les tranchées : il pleut, ils sont couverts Page 34, la boue, partout dans les tranchéesde boue. Il y en a 20 cm dans les tranchées. Il faut y aller quand même!
Le 12 les obus de nouveau.

 

 

 

page35, la boue toujours13 décembre : nuit et journée calme la compagnie rejoint Pernant
14, 15, 16, 17, cantonnement ;
le 18 départ pour Montagne Neuve

 

19, 20, rien de particulier, s'occupe du ravitaillement.Page36, pose de barbelés sous les tirs
Le 21 quelques tirs sur une section qui pose du fil de fer.
Le 22, la compagniPrès de nous les cadavres étaient là depuis 4 semaines....e est relevée de la première ligne quand,  à 22H. attaque. Ils repartent en première ligne.

 

 

 

 

Le 23, ils rePage37, ils repoussent une attaquepoussent une nouvelle attaque, puis départ pour Pernant. Ils ne sont restés que 4 jours à Montagne Neuve. 23: cantonnement; 24 Le SM Matteï va à Soissons faire les achats pour le réveillon de la compagnie qui passera Noël au cantonnement.

 

 

Jour de Noël : Tout le monde en alerte, équipé pour partir. Rien.Page38, Noël au cantonnement, en alerte
26: cantonnement, il pleut.
27: cantonnement ;
28 Retour à Montagne Neuve où la compagnie prend position au petit bois. Il fait un temps affreux avec 30 cm de boue dans les tranchées.

 

Page39, Départ en première ligne, où ils seront pour le jour de l'an29 décembre 1914:  journée calme sur le front.

 

paysage avec lequel ils vivront 3 ans...

Le cahier s'arrête en cette fin d'année 1914.Les pages suivantes ont disparues. Il est fort probable que la nuit de la saint Sylvestre la Compagnie l'a passée dans les tranchées de première ligne. C'est probablement à cette occasion que les soldats français et allemands sont sortis des tranchées pour fraterniser car à aucune autre occasion on ne voit,  jusqu’ en 1917 le régiment au contact des allemands à cette période ; et je me souviens avoir entendu mon Grand-père dire qu'à un moment ils sont sortis des tranchées et ont été se serrer la main  avec les Allemands.
Il ignorait aussi l'enfer qui allait s'abattre sur eux deux semaines plus tard, quand l'état major, qui avait pris sa décision vers Noël, lancera l'attaque de ce qui sera la bataille de Crouy et deviendra politiquement" l'affaire de Soissons".
Le Régiment qui était à Montagne Neuve perdra entre les 10 et 12 janvier 1915 : 750 tués 600 prisonniers dont beaucoup de blessés. Après l'attaque qui fut un échec il ne restait plus que 5 officiers et 475 hommes. Les pertes du 276 me sur ce seul engagement ont été de 75% !!!!

 

voir page historique du 276 RI à la bataille de Crouy

Apres la bataille de Crouy le Régiment a été reconstitué. On voit sur cette photo "les cuistots" de la 19 e compagnie du 276 RI que les uniformes sont hétéroclites, sur la droite le sergent, mon Grand Père Henri Bury. clic pour agrandir)

si vous reconnaissez une personne, merci de me le signaler par le formulaire contact. Merci.

voir ce que disait un autre témoin du 276 RI sur la conduite de la guerre Victor Boudon

voir des photos de la guerre dans les tranchées

tir d'artillerie    

 

 aller en haut de page

accueil|son_journal|Sa vie|276RI|fantassin|Péguy|Contexte|livre géographie|A_propos|téléchargements|

aller au sommaire

   

© 2015
Web Analytics