Accueil
sommaire
Journal de guerre, 1914
Ses citations, blessures. Sa vie, son village
Le 276 RI
L'équipement du fantassin
Péguy, son lieutenant
Le contexte
Livre de Géographie_Atlas
Téléchargements
La publicité pendant la Grande Guerre
Testez et complétez vos connaissances
A propos, liens
Contact
Le 276 RI, ou 276 de ligne

 


Le 276 me Régiment d'Infanterie de réserve est constitué à Coulommiers le 2août 1914. Il est le régiment de réserve du 76ème d'active.
Les hommes - officiers, sous officiers, caporaux et soldats - sont rappelés comme tous les Français mobilisables. Les effectifs sont constitués de parisiens et de briards.
Commandement: Lieutenant Colonel LEJEUNE
Constitué de képi fantassin
-2 bataillons (5ème et 6ème)
-2 sections de mitrailleuses,
-une compagnie hors rang.
37 officiers
184 sous officiers
2002 caporaux et soldats.

Il fait partie de la 110 me Brigade (Général de Mainbray), 55ème Division (Général LEGUAY)
Rattaché au 5ème Groupe de Division Terrestre ( Général Paul DURAND) et 5ème Groupe de Divisions de Réserve (Général MARTIN).

Lors de la dissolution de l'armée de Lorraine et son retour sur l'Oise le 29 août, il est rattaché la VIme armée (Général MAUNOURY).

Le Régiment est engagé sur les frontières de l'est entre Meuse et Moselle en seconde ligne.
A partir du 20 août il passera en 1ere ligne dans la région de Pont à Mousson.

Retour le 29 août sur l'Oise et l'engagement a lieu le 30 août ( combat de L'Echelle-St-Aubin) ; les compagnies, par forte chaleur feront en une journée de 50 à 57 kms.

Retraite vers le sud et
du 5 au 10 septembre engagement dans la bataille de LA
MARNE, et plus précisément de l'Ourcq. (Elle est encore appelée Bataille de Paris).
Combats d'Yverny-Monthyon ; (5 septembre). Ce jour là Péguy est tué. le V e Bataillon qui est le pemier a essuyer le feu a perdu la moitié de ses hommes: 300 tués, 200 blessés.
Combats de Barcy (6 septembre)
Poursuite les 7,8 et 9 septembre pour arriver devant Soissons le 12.
La 19 me compagnie, celle dont il est question sur ce site est mise à la disposition de la brigade mixte d'Afrique et prend part aux combats de la Montagne Neuve.

Ensuite le front se fige et s'enterre : ce sont les tranchées devant Soissons.

 Les 10 et 12 janvier 1915, combats de Crouy, attaques des lignes allemandes, lourdes pertes et pas d'avancée : 750 tués, 600 prisonniers ; des 2 bataillons engagés il ne restait que 5 officiers et 475 hommes. Ce fut une véritable tuerie !

Ensuite le Régiment reconstitué est en poste en Artois :
Combat d'Ablain St Nazaire le 18 mai : 12 tués, 203 disparus

Après les combatsLe Régiment sera ensuite sur la cote 123, route de Béthune, exposé aux bombardements : 21 tués.

Le 16 juin il entre en ligne cote 114 pour organiser et occuper une bande de terrain de 800x400 mètres desservi par un seul boyau placé sous la mitraille. Pendant ces 6 jours 77 tués, 195 blessés et 21 disparus.

Du 25 au 28 septembre, attaque pour s'emparer d'une redoute et occuper le bois des Ecouloirs. Cette opération coûte 70 tués, 264 blessés et 60 disparus. La redoute est occupée.
Après 3 jours de repos revient en ligne pour consolider et élargir les gains ; en 4 jours 21 tués, 46 blessés.
Du 10 octobre au 18 octobre retour en ligne avec les mêmes objectifs. 35 tués, 114 blessés, 26 disparus.
Ensuite, service aux tranchées jusqu'au 24 novembre 1915.
A cette date est rattaché au 37ème corps.

Après reconstitution et instruction entre en secteur le 9 février dans le secteur de Pontavert au sud de Craonne.
Combat du Bois aux Buttes le 10 mars 1916 sous des bombardements intenses et sans communication avec l'arrière. Le Bois aux Buttes est pris par les Allemands. La contre attaque se fait à 20 heures, mais sans succès. Au bois "franco-allemand" proche et occupé par le 5ème bataillon il y a risque d'encerclement : repli.
Le 11 mars, contre attaque avec ce qui reste du Régiment, mais mouvement arrêté.
Dans la nuit est relevé : 35 tués, 134 blessés et 717 disparus (c'est dire la confusion et la fureur des combats).
Le régiment est reconstitué et reprend du  service sur le secteur 10 jours après pour y rester du 22 mars au 30 avril et du 16 mai au 17 juin. Une nouvelle tentative de contre attaque échoue le 25 avril. Le 29 mai le Régiment est porté de 2 à 3 bataillons et une compagnie de mitrailleuse. Il quitte le secteur de Pontavert le 18 juin pour Mailly où il se refait.

Le 2 juillet 1916 le Régiment part pour la région de Verdun et là Fort de Douaumont 1916pendant 14 mois organisera le terrain sous le feu ennemi, le défendra et il sera à l’œuvre devant Vauquois, Avocourt, la cote 304, Louvement, Douaumont où il participera aux  attaques pour la reprise du fort, Hardoncourt.

Le 15 mars 1917, suite à une nouvelle organisation, le Régiment, ce qu'il en reste, est mis à disposition du XV Corps et le 17 septembre 1917 il est supprimé, les bataillons étant répartis entre différents régiments d'infanterie.

Ce Régiment de réserviste a été reconstitué 8 fois et a toujours été en première ligne avec peu de repos.

Rares sont ceux comme mon Grand Père qui ont échappé à la mort de La Marne, au charnier Crouy, aux batailles de l'Artois et de Pontavert et à l'enfer de Verdun.

 

Voir l'historique du 276 RI

(anonyme Ch lavauzelle 1020), numérisé par Jean Claude Poncet

 

accueil|son_journal|Sa vie|276RI|fantassin|Péguy|Contexte|livre géographie|A_propos|téléchargements|

aller au sommaire

aller en haut de page

   

© 2015
Web Analytics